Comment Diobass et les paysans innovateurs assurent l’auto-prise en charge financière de certaines recherches au niveau communautaire ?

L’autonomisation de la Recherche paysanne est une thématique centrale en réflexion de plus d’une décennie au niveau des innovateurs paysans en collaboration avec Diobass Burkina Faso et ses partenaires.
Pour mettre en expérimentation sa stratégie de mobilisation des sources de financement locales de la recherche action paysanne, Diobass Burkina Faso et les groupes de recherche action (GRA) ainsi que leurs Organisations Paysannes conscients de l’importance de la durabilité de leurs actions de recherche passe surtout par la mobilisation de leurs propres ressources et de sources de financement locales. De ce fait, ils poursuivront leur prospection des sources de financement locales en restant à l’écoute des appels à propositions ou projets s’inscrivant dans leurs domaines d’activités.
En outre, l’expérience déjà acquise à Diobass montre que l’offre de formation par les pairs à travers des « experts paysans » constitue un créneau porteur pour la mobilisation des ressources auprès des partenaires locaux (ONG, associations de développement, projets de l’Etat, etc.).
Pour ce faire, Diobass entend mettre l’accent dans le développement de cette expertise paysanne en renforçant les capacités techniques, méthodologiques et pédagogiques de ses « experts paysans ».
D’ores et déjà, Diobass BF a mis en place les actions suivantes :
-  La prospection du milieu des associations de développement et ONG pour identifier des besoins de formation par les pairs à satisfaire. Une partie des recettes que ces formations généreront, servira en partie à l’autofinancement de la RAP dans les OP pour les nouvelles recherches-actions à initier.
-  L’accompagnement des Groupes de Recherche Action à postuler à des appels à propositions ou projets lancés au niveau national pour la valorisation de leurs innovations. Pour mieux réussir dans la participation à ces appels à propositions, Diobass BF renforcera les capacités rédactionnelles de ses OP membres et les assistera dans la rédaction des dossiers de projets.
-  La valorisation des innovations paysannes (produits et expertises paysannes) par le plaidoyer auprès des autorités locales en vue de faciliter leur intégration dans les politiques locales et dans la mise en œuvre des plans de développement local et d’autres ONG et associations nationales et internationales.
-  La pratique des principes de l’Economie Sociale et Solidaire pour la valorisation des innovations : Ici, une partie des bénéfices générés par l’application de ce principe est réinvestie dans les communautés pour appuyer les populations locales à travers des œuvres de solidarité (appui à l’entretien des forages villageois, des centres de santé, des écoles primaires, etc.)
En plus de ces actions, Diobass met l’accent sur le paiement des cotisations annuelles de ses organisations paysannes membres, la contribution des groupes de recherche-action et les groupes des paysans innovateurs au financement de leurs recherches. Le cofinancement de la RAP par les porteurs à travers une contribution financière au budget des programmes de recherche est une stratégie développée par Diobass depuis quelques années. En effet, chaque GRA, GPI/PI apporte une contribution financière d’au moins 10 % de son budget de recherche au financement de sa recherche. Cette contribution est mentionnée dans le protocole d’accord de la RAP et appliquée pendant les financements annuels des activités des GRA et PI/GPI.
Il faut noter que Diobass est en réflexion sur d’autres pistes de mobilisation de fonds propres pour le financement des micro projets de diffusion des innovations paysannes économiquement rentables.