Capitalisation d’une expérience d’un Groupe de Recherche Action paysanne (GRA) de Diobass

Transformation des comportements et des mentalités en milieu rural grâce à la Recherche Action Paysanne : cas du GRA de la localité de Barga

Le Groupe de Recherche-Action paysanne "ner-waya" de Barga, localité située dans la région nord du Burkina Faso fait partie des groupements "naam" du pays. Ce Groupe de Recherche Action a commencé sa recherche en 2011 et s’est intéressé au problème de la gestion des ressources familiales dans la commune de Barga. L’un des problèmes vécus par les populations de cette commune est le gaspillage des ressources alimentaires familiales et son incidence négative sur la satisfaction des besoins alimentaires des ménages dans la zone. En effet, presque la quasi-totalité des ménages de cette localité ont des difficultés pour s’alimenter du mois de juin à octobre parce qu’ils ne disposent plus suffisamment de céréales pour la consommation familiale. Les raisons sont diverses : pluviométrie insuffisante dans cette partie du pays, pauvreté des sols et mauvaise gestion des récoltes céréalières de la famille.

Face à la difficulté qu’ont les ménages de subvenir aux besoins alimentaires de leurs membres durant toute l’année, les paysan (ne) s organisé(e)s en Groupe de Recherche Action et accompagné par Diobass ont mené des réflexions et fait des investigations sur le thème : "Recherche sur les attitudes et comportements pour améliorer le bien-être social des ménages ruraux à travers une gestion rationnelle des ressources de la famille".

L’objectif visé est de contribuer à la réduction de la famine dans les ménages de la zone d’intervention de l’organisation paysanne. Cette recherche a permis au GRA de comprendre non seulement les causes de la mauvaise gestion des ressources familiales mais également d’identifier des activités à mener afin d’aboutir à un changement de comportements au sein des ménages.

Ainsi, depuis 2013, ce groupe de recherche mène des sensibilisations dans plusieurs villages et fait le suivi de ses activités au niveau des ménages. Seize (16) villages de la zone d’intervention de l’OP ont bénéficié de sensibilisation sur la gestion rationnelle des ressources alimentaires familiales notamment sur la gestion des stocks céréaliers. 750 ménages ont été sensibilisés. Selon le Secrétaire général du GRA, M. Abou Sawadogo, 85% de ces ménages ont appris et mesurent aujourd’hui les céréales pour la consommation des membres de leur ménage. Ces propos sont confirmés par les déclarations suivantes d’un membre du GRA NER-WAYA :

« Actuellement pour la préparation du repas dans mon ménage, les céréales sont mesurées. Avant je ne savais pas qu’en les mesurant, le repas pouvait être suffisant pour les membres de mon ménage. J’utilisais donc beaucoup de céréales et le repas que je préparais n’était pas entièrement consommé. Je le jetais donc aux porcs et aux poulets. Mais en plus de cela, je ne tenais pas compte de cette nourriture que j’avais donnée aux animaux. Je donnais encore une grande quantité de céréales aux poulets qu’ils n’arrivaient pas à consommer même tout au long du jour. Aujourd’hui, tout est mesuré dans mon ménage et tous (animaux et personnes) arrivent à manger toute l’année…Grâce à cette recherche que nous avons faite, je ne vends plus les céréales pour acheter les condiments qui serviront à préparer la sauce. J’ai compris qu’en menant une activité génératrice de revenu, je pourrai avoir de l’argent pour assurer la sauce et garder intactes mes céréales pour la consommation et les semis."

Ce nouveau comportement adopté par ces ménages ruraux montre qu’un changement de mentalité s’est opéré. Par exemple, après les récoltes, les céréales sont reparties en trois (3) parts : les céréales destinées à la consommation de la famille durant l’année, les céréales destinées à des dons aux visiteurs, amis, membres de la famille élargie…, les céréales destinées à la vente pour subvenir aux autres besoins : santé, éducation, etc. Cette répartition des céréales permet, d’une part, aux ménages des 16 villages qui ont bénéficié de la sensibilisation du GRA d’en prévoir une quantité suffisante pour les besoins alimentaires de la famille. Ce qui permet désormais à ces ménages d’être moins vulnérables aux conséquences de la faible pluviométrie et de la pauvreté des sols sur la production agricole dans cette région du pays.

D’autre part, les sensibilisations menées par le GRA ont permis à plusieurs ménages de pouvoir faire face à leurs besoins en argent en exerçant de petites AGR et de continuer à faire des dons sans influencer négativement la consommation alimentaire des individus.

Quelques membres du GRA "Ner-waya" de Barga lors d'une sortie terrain de Diobass Quelques membres du GRA "Ner-waya" de Barga lors d'une sortie terrain de Diobass

Quelques membres du GRA "Ner-waya" de Barga lors d’une sortie terrain de Diobass

Enseignements tirés : Certains changements de comportement ou de mentalités au niveau rural ne peuvent être effectifs que lorsque le message est véhiculé par les paysans eux-mêmes à leurs pairs. Le diagnostic de la mauvaise gestion des ressources alimentaires familiales étant fait par les paysans eux-mêmes, cela leur a permis de connaître les raisons qui expliquent la difficulté pour les ménages de disposer de suffisamment de céréales pour la consommation alimentaire des membres ; et d’entreprendre des actions qui ont abouti à un changement de comportements et partant à un mieux-être des ménages sensibilisés.