PARTICIPATION DE DIOBASS A LA FOIRE DE L’INNOVATION PAYSANNE DE L’AFRIQUE DE L’OUEST : Les mérites d’un Groupe de Recherche-Action paysanne de Diobass (GRA) récompensés

Le Burkina Faso a accueilli du 15 au 16 mai 2015, la Foire de l’Innovation Paysanne de l’Afrique de l’Ouest (FIPAO). Cette foire qui a regroupé des paysans de 8 pays (Benin, Cameroun, Ghana, Niger, Mali, Sénégal, Togo, Burkina Faso) a connu la participation de 5 groupes de Recherche Action Paysanne accompagnés par Diobass Burkina Faso.

Elle a été l’occasion pour les braves paysans dont les savoirs sont parfois négligés, de prouver leur contribution au développement du milieu rural à travers des innovations qu’ils ont mises au point.

5 innovations paysannes des GRA dans le domaine de l’agriculture, de l’élevage et de l’alimentation humaine ont été présentées au cours de cette foire de l’innovation paysanne.

Il s’agit de :
1) la technique de production et de conservation des bulbes d’oignon de l’Association Teel-Taaba de Noungou ;
2) biopesticides pour les produits maraichers ou "Zaab wanwoudo"en langue vernaculaire de l’Association Kombi-Naam pour le Sahel de Gomponsom ;
3) d’un remède contre le choléra des poules et pintades ou "Malzanga" de l’Association pour le Développement Economique et Social du Village de Kaola ;
4) d’un remède contre les ectoparasites de la volaille ou "Tao-Tao" de l’Association Sougri-nooma des femmes de Toéghin ;
5) du remède contre la diarrhée des petits ruminants ou Atiligré de l’Union Wend-waoga de Tanghin-Kossodo.

Quelques stands des Groupes de Recherche Action de Diobass

Exposition des produits des GRA de Diobass


Exposition des produits des GRA de Diobass

Le Groupe de Recherche Action Paysanne de la localité de Tanghin Kossodo qui a fait des investigations sur la diarrhée des petits ruminants a reçu le 1er prix catégorie production animale pour son remède "Atiligré".

Le représentant du Groupe de Recherche Action tenant le prix du GRA

Visite de certains membres du GRA dont l’innovation a été primée à Diobass.

Des représentants du Groupe de Recherche Action Paysanne de la localité de Tanghin Kossodo ont rendu visite à Diobass le 8 juin dernier pour témoigner de leur reconnaissance à la structure pour son accompagnement.

Photo des membres du GRA avec un agent de Diobass lors de la visite

Parallèlement à la foire, Diobass Burkina Faso a organisé avec Misereor, l’un de ses partenaires techniques et financiers un panel sur le thème " Innovations paysannes - libre accès ou protection de la propriété intellectuelle".


Diobass a saisi l’opportunité qu’offre cet évènement de rencontrer des acteurs de différents profils dans le domaine des innovations paysannes pour discuter d’un sujet qui constitue l’une de ses préoccupations.

En effet, Diobass est une association d’Organisations Paysannes (OP). Ces OP membres ont mis au point plus d’une centaine d’innovations paysannes avérées (remèdes naturels, techniques, technologies, etc.) dans les domaines de l’élevage, de l’agriculture et de l’environnement et des activités génératrices de revenus. Ces innovations ont été mises au point selon le processus suivant : (i) identification du problème lors des ateliers villageois (diagnostic paysans), (ii) constitution des Groupes de Recherche-Action composés de volontaires d’une OP, (iii) collecte d’informations sur les problèmes auprès de personnes ressources détentrices de savoirs et savoir-faire dans les communautés, (iv) expérimentation par les GRA des recettes/produits jusqu’à l’obtention des innovations les plus efficaces ; travail des GRA sur la présentation et la conservation des innovations mises au point. Mais au fil des années, Diobass BF constate des difficultés de partage des innovations dans les communautés. Les GRA des Organisations Paysannes n’acceptent pas de partager les recettes de leurs innovations de peur que celles-ci ne tombent dans des mains « malveillantes » pouvant s’adonner au piratage de ces innovations.

Par ailleurs, des insuffisances concernant la protection des résultats de ces innovations paysannes ont été relevées par l’évaluation des programmes de Diobass : « Les paysans ne disposent d’aucune licence pour leurs produits et courent donc le risque de perdre leur propriété intellectuelle... Sans label officiel, les produits ne jouissent pas d’une grande crédibilité et ne se vendent donc pas ».

D’où la question suivante de Diobass : faut-il laisser libre accès aux innovations paysannes des organisations membres ou faut-il les protéger ?

L’objectif visé était d’approfondir la réflexion sur la question de la propriété intellectuelle des résultats de la recherche paysanne en vue de faire une meilleure option pour le partage et la diffusion des innovations paysannes de Diobass Burkina Faso dans les communautés.

Ce panel a regroupé une vingtaine de personnes composées de :
-  personnes ressources informées des questions d’innovations paysannes et de la propriété intellectuelle
-  participants à la foire (représentants des partenaires techniques et financiers de Diobass BF (Broederlijk Delen et Misereor), du personnel de Diobass BF, des délégués d’organisations paysannes membres de Diobass BF, des visiteurs et exposants à la Foire)

Il s’est déroulé sous forme de débat direct entre deux parties opposées, à savoir, ceux qui sont pour « l’accès libre aux innovations paysannes » et les partisans pour « la protection intellectuelle des innovations paysannes » avec un facilitateur pour modérer les interventions des panélistes.
Ce panel a permis à Diobass de recueillir des avis sur les deux (2) options. Ce qui va enrichir ses actions futures. Il s’agira pour Diobass de voir comment concilier l’accès public des innovations et leur protection. Il faut trouver des stratégies ou mécanismes pour que l’innovateur paysan jouisse de son innovation tout en permettant l’accès libre à cette dernière par la communauté. La question doit être portée et traitée au niveau de l’Etat et de ses techniciens afin qu’une solution soit trouvée.